Secourisme Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

« Lorsque le danger est là devant vous, ne vous arrêtez pas
à le considérer (plus vous le regarderez, moins vous aurez de courage),
mais plongez, affrontez-le bravement, et une fois que vous serez en plein
dedans, vous verrez qu'il n'est pas aussi terrible qu'il en avait l'air. »

(Baden-Powell)

 

  Les gestes qui sauvent:

  • Le PAS: Protéger, Secourir, Alerter
  • Saignements
  • Ettoufements
  • Inconscience
  • Malaise
  • Brûlure
  • Plaie
     

Protéger, Secourir, Alerter

  • P comme Protéger
  • S comme Secourir
  • A comme Alerter

Protéger

Protéger, c'est assurer la sécurité du sauveteur avant tout (car un bon sauveteur est un sauveteur en vie), des témoins puis des victimes, d'un sur-accident ou de tout danger. Il faut supprimer les risques pouvant aggraver un accident ou les dangers qui persistent sur le lieu de l'accident et qui sont liés à son environnement, à sa cause matérielle ou à ses témoins.

Exemple : Signaler un accident de voiture :

  • Mettre ses feux de détresse.
  • Se stationner sur le bas côté dans le sens de la circulation à 150m après l’accident.
  • Porter un gilet de sécurité.
  • Faire descendre les passagers et les mettre derrière la glissière de sécurité s’il y en a une, en tout cas les éloigner de la route.
  • Baliser 150m avant l’accident avec un triangle de pré-signalisation ou avec une personne qui agite un linge blanc (signe de détresse) sur le bas côté.
  • Couper le contact de la voiture accidentée.
  • Interdire de fumer
  • Déposer près de l’accident un extincteur si on en possède un.

On n'effectue un dégagement d’urgence que si le danger est :

  • Réel
  • Vital
  • Immédiat
  • Non-contrôlable

Secourir

Le sauveteur doit :

  • Gérer les détresses vitales de la victime : faire les gestes de première urgence telle que l’arrêt d'une hémorragie.
  • Mettre la victime dans la position d’attente la mieux adaptée : pour une inconscience la mettre en position latérale de sécurité (PLS) afin d’éviter l’aggravation de l’état de la victime

Afin de secourir le blessé au mieux, nous te conseillons de suivre une session qui te permette d'obtenir une Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS) : tu seras préparé à réagir au mieux dans beaucoup de situations.

Alerter

Lorsque tu es le premier témoin d’un accident tu deviens le premier maillon de la chaîne de secours.

Après avoir Protégé et Secouru la victime, tu dois passer votre message d’alerte le plus rapidement possible, si aucun autre témoin n’a pu le faire avant.

Alerter, c'est provoquer l'arrivée rapide de secours médicalisé sur les lieux d'un accident.

Lorsqu’une victime est impliquée vous devez contacter le SAMU (Service d’Aide Médicale en Urgence) au 15.

D’autre services d’urgence existent :

  • Les pompiers au 18
  • La gendarmerie / la police au 17
  • Numéro européen d’urgence : le 112
    Ce dernier est valable pour joindre tous les services de secours pour un français qui part en voyage dans un des pays membre de l’union européenne, et inversement pour le étrangers venant en France. C'est également le numéro à composer depuis ton portable.

Le SAMU, les pompiers, la police/gendarmerie sont inter-connectés : ce qui signifie que lors de ton appel au SAMU, les deux autres services d’urgence en sont informé.

Tous ces numéro sont GRATUITS.

Tu peux passer ton message d’alerte :

  • D’un téléphone fixe.
  • D’un portable sans même connaître le code PIN
  • D’une cabine téléphonique
  • D’une borne d’urgence orange.

Le message doit comporter les éléments suivants :

  • JE : présentation de le personne qui appelle, c’est un signe que ce n’est pas un canular.
  • LI : l’adresse PRECISE de l’accident. Exemple : le digicode du bâtiment
  • NA : la nature de l’accident.
  • VI : le nombre (en France, il y a une ambulance pour une victime), l’état apparent de la victime (Vous n’êtes pas des médecins).
  • RI : les risques persistants : pour un camion chimique accidenté, indiquez les pictogrammes présents à l’arrière du camion.
  • SE : les secours effectués.
  • Enfin le numéro de contre-appel, qui n’est forcément le numéro d’où tu appelles.

Tu obtiens ainsi le moyen mnémotechnique pour passer le message d’alerte :
JE LI NA VI RI SE

Ne raccroche jamais en premier : un dialogue va s’instaurer entre le médecin et le témoin pour te permettre d’effectuer les gestes qui sauvent si tu ne les connais pas et pour préciser l’état de la victime pour faire partir les secours les mieux adaptés.

Afin de secourir le blessé au mieux, nous te conseillons de suivre une session qui te permette d'obtenir une Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS) : tu seras préparé à réagir au mieux dans beaucoup de situations.

 

 

 

Saignement

Comment reconnaître une hémorragie ?

Le sang s'écoule abondamment à l'extérieur du corps par une plaie.

         L'hémoragie

Que faire ?

Comprimer immédiatement la plaie qui saigne avec la paume de la main, en se protégeant à l'aide d'un gant, d'un film plastique ou d'un tampon

Allonger la victime,

Faire alerter les secours,

Conserver cette compression manuelle jusqu'à l'arrivée des secours.

Surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours.

         geste

 

 
Pourquoi agir ainsi ?

En appuyant avec votre main sur la plaie qui saigne, vous stoppez l’hémorragie, et évitez que la victime ne perde trop de sang. Si la victime perd trop de sang, elle peut mourir rapidement.

En l’allongeant, vous évitez qu’elle ne soit prise d'un malaise dû à la perte d’un volume trop important de sang, et ne tombe.

 

En aucun cas vous ne devez :

Laisser la victime debout 

Retirer un corps étranger présent dans une plaie 

Donner à boire ou à manger à une victime qui vous le demande.

 

 

 

Etouffement

Comment reconnaître une personne qui s'étouffe ?

En avalant de travers, la victime s'étouffe.Elle cherche de l'air, ne peut plus parler, ne peut plus respirer, ne tousse pas.

  étouffement

Que faire ?

Il faut au plus vite donner 5 claques dans le dos avec le plat de la main ouverte.
 
Si les signes de l'étouffement persistent, pratiquer la manœuvre de Heimlich.
 

               

 

En cas d'expulsion du corps étranger il faudra appeler votre médecin pour obtenir un conseil concernant la suite à donner à cet incident.

 

En cas d'échec, recommencer les 5 claques dans le dos puis la manoeuvre de Heimlich. En l'absence d'efficacité, la personne va arrêter sa respiration, il faudra alors lui faire un bouche-à-bouche et appeler au plus vite les secours (15).

Comment faire ?

étouffement    
5 claques dans le dos                      

Sur une victime debout ou assise, placez-vous derrière elle, penche- là en avant en soutenant son thorax avec une main, et donnez 5 claques vigoureuses dans le dos, entre les deux omoplates avec l'autre main. 

Pourquoi effectuer des claques dans le dos chez une victime qui étouffe?

Les claques dans le dos provoquent un mouvement de toux et peuvent débloquer le corps étranger qui obstrue.

 


 
 
Et chez un enfant ?

Chez l'enfant de plus de un an

Effectuer les mêmes techniques que chez l'adulte mais avec plus de précautions, la force du geste devant être adaptée au poids et à l'âge de l'enfant.

 
 
 
 

    

étouffement
       En cas d'échec, 
          manoeuvre de Heimlich

En cas d'inefficacité des claques dans le dos, effectuer la manœuvre de Heimlich:
- passer vos bras sous ceux de la victime, 
- mettre un poing au-dessus du nombril, l'autre main par-dessus votre poing, 
- enfoncer le poing d'un coup sec vers vous et vers le haut. 
Répéter jusqu'à cinq fois cette technique.  

Pourquoi pratiquer la manœuvre de Heimlich chez une victime qui étouffe?

En appuyant au-dessus du nombril, vous augmentez la pression dans les poumons et vous permettez l'expulsion vers le haut du corps étranger qui était coincé dans les voies respiratoires.

étouffement
5 claques dans le dos         

 
 
 
 
 
 

 
        En cas d'échec, 
          manoeuvre de Heimlich
 
étouffement

Chez l'enfant de moins de un an:
 

étouffement
5 claques dans le dos         

Placer le nourrisson à plat ventre sur votre avant bras, le visage légèrement dirigé vers le sol
- Effectuer 5 claques avec le plat de votre main ouverte entre les deux omoplates,
- Avant de retourner l'enfant, retirer le corps étranger avec vos doigts en veillant à ne pas l'enfoncer dans la gorge de l'enfant.


 
 
 
 
 
   

 
  
   En cas d'échec, 
      compression de la poitrine

  
étouffement

En cas d'échec,
- retourner le nourrisson sur le dos,  l'allonger tête basse sur l'avant bras et la cuisse,
- Comprimer au milieu de la poitrine, avec deux doigts dans la partie inférieure du sternum, sans appuyer sur l'extrémité inférieure du sternum.

 

 

 

Perte de conscience

Comment reconnaître une victime inconsciente ?

La victime est inconsciente quand :
- Elle ne répond pas aux questions simples : «m’entendez-vous ?», «que s’est-il passé ?», «que vous est-il arrivé ?»…
- Elle ne répond pas aux ordres simples
«ouvrez les yeux !», «serrez-moi la main !»,…

Que faire ?
 
action

action

 

Desserrer la ceinture et le col pour lui faciliter sa respiration,

Basculer prudemment sa tête en arrière en tirant le menton vers le haut pour éviter que la langue ne tombe en arrière dans la gorge et ne gène la respiration de la victime, regarder dan la bouche pour retirer d'éventuels corps étrangers visibles.

S’assurer que la victime respire en vous penchant au-dessus de sa bouche,

Placer la victime sur le côté.

Donner l'alerte ou faire alerter les secours.

Surveiller la victime jusqu'à leur arrivée.
 

  Comment placer la victime sur le côté ?

  1. écarter son bras du côté de retournement à angle droit de son corps et plier le coude, paume de la main tournée vers le haut, ·

  2. Placer le dos de la main du bras opposé contre l'oreille de la victime côté sauveteur.·

  3. Tout en maintenant la main, saisir la jambe opposée au retournement derrière le genou, la replier pied au sol· 

  4. faire rouler lentement le corps en tirant sur le genou vers soi et en maintenant la main de la victime contre son oreille.
    Lorsque le genou de la victime est au sol, retirer la main de sous la tête de la victime en maintenant son coude pour ne pas bouger la tête 
    Ajuster la jambe pliée, de sorte que la cuisse soit à angle droit du corps. 
    Ouvrir la bouche.

action

Pourquoi mettre une victime inconsciente qui respire sur le côté?

Si la victime inconsciente reste sur le dos, elle risque de s’étouffer avec sa langue et avec ses propres vomissements.

En la plaçant sur le côté, tête en arrière, bouche ouverte et dirigée vers le sol, ses vomissements s'écouleront librement sur le sol, et la langue ne pourra plus tomber dans sa gorge. Ainsi elle ne risquera plus de s'étouffer ! De plus lors du retournement, en maintenant la main de la victime sur son oreille on assure la stabilité de la nuque et on limite les risques de lésion de la colonne cervicale

En aucun cas vous ne devez laisser une victime inconsciente qui respire sur le dos.

 

 

 

Malaise

Comment reconnaître un malaise cardiaque ?

La victime se plaint d’une violente douleur dans la poitrine. Cette douleur la serre comme un étau. La victime est angoissée, elle peut avoir également mal dans un bras, dans la mâchoire, dans le dos, au ventre,…

 

Que faire?

Mettre la victime au repos : lui proposer de s'allonger sauf si elle préfère une autre position. .
 

Lui poser quelques questions :
- Lui demander depuis combien de temps la douleur s'est installée,
- Lui demander si c'est la première fois qu'elle ressent cette douleur,
- Lui demander ce qu'elle fait quand elle a ce genre de douleur (prise d'un médicament particulier,…),
- L'interroger sur son état de santé habituel : traitement en cours, maladies particulières, hospitalisation…

 

Si la victime possède le médicament qu'elle prend habituellement pour ce genre de douleurs, l'aider à prendre le(s) médicament(s) comme l'a prescrit le médecin traitant (même nombre, même type,…),

Alerter le SAMU (15) et transmettre tous les renseignements en votre possession.

Suivre les indications du médecin du SAMU.

Surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours
 

Pourquoi agir ainsi ?

En installant la victime en position de confort, vous évitez qu’elle ne s’agite et vous permettez qu’elle se repose confortablement en attendant les secours,

En l’interrogeant sur son état de santé habituel, et en la questionnant, vous permettez, lors de votre contact avec le médecin du SAMU, que celui-ci prenne mieux connaissance des problèmes médicaux de la victime, pour une meilleure prise en charge par les secours,

En l’aidant à prendre le(s) médicament(s) comme l’a prescrit le médecin traitant (même nombre, même type,…), vous évitez qu’elle ne se déplace et ne se fatigue encore plus.

En aucun cas vous ne devez donner d’autres médicaments que ceux prescrits par le médecin traitant pour ce genre de douleur.

 

 

 

Brûlure

Que faire ?

Refroidir la brûlure en l'arrosant immédiatement à l'eau froide, sans pression sur la brûlure. 
Retirer les vêtements
pendant l'arrosage, à l'exception de ceux qui adhèrent à la peau. 

Brulure

               

        
 

Brulure

Si la brûlure est très étendue, ou que les cloques sont de grandes tailles (plus de la moitié de la paume de la main de la victime), la brûlure est dite grave. Il faut allonger la victime sur la région non brûlée. L'installer en position demi-assise si elle présente des difficultés respiratoires. Alerter au plus vite les secours. Surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours.
 

    

Si la brûlure est simple, l'arrosage peut être poursuivi jusqu'à disparition de la douleur. Protéger la brûlure, ne pas percer la cloque. Surveiller la brûlure, si elle devient chaude, gonfle ou si elle continue à faire mal dans les 24 heures, consulter un médecin

Pourquoi arroser une brûlure ?

En arrosant une brûlure avec de l’eau froide, vous permettez :

Un refroidissement immédiat de la zone brûlée,
Une diminution immédiate de la douleur,

Un arrêt de l’extension en taille et en profondeur de la brûlure, en particulier en cas de brûlure par produits chimiques.

En cas de brûlure grave, l'arrosage de plus de cinq minutes entraîne le refroidissement de la victime.

Cas particulier : 
La victime a avalé un produit chimique.

Que faire ?

Allonger la victime et alerter les secours (SAMU : 15).

Vous ne devez jamais :

Faire boire quoi que ce soit à la victime. En effet, dans ce cas, vous augmentez le risque de vomissements du produit chimique,

Faire vomir la victime. En effet, dans ce cas, le nouveau passage du produit chimique dans les voies digestives aggraverait les lésions déjà instaurées.

 

 

 

Plaie 

Comment reconnaître une plaie grave?

Il s'agit d'une plaie étendue, souillée, contenant des corps étrangers ou d'une plaie située au niveau du ventre, de la poitrine ou de l’œil.

  Brulure
 
action  

Que faire ?

En règle générale, allonger la victime pour éviter qu’elle ne s’agite et la mettre au repos,
 
Alerter les premiers secours.
Surveiller la victime jusqu'à leur arrivée.

 
Cas particuliers :

Plaie à la poitrine
Mettre la victime en position demi-assise pour faciliter sa respiration,

Plaie au ventre:
mettre la victime en position allongée jambes fléchies pour diminuer la douleur et faciliter sa respiration,

Plaie de l'oeil: 
mettre la victime allongée sur le dos, tête calée, les yeux fermés. Demander à la victime de ne pas bouger les yeux pour ne pas aggraver les lésions.
 

En aucun cas vous ne devez:

Laisser la victime debout
Désinfecter la plaie
Retirer un corps étranger présent dans une plaie grave
Donner à boire ou à manger à une victime qui vous le demande

 

 

 Ces fiches techniques sont tirées du site de la Croix-Rouge:

http://www.croix-rouge.fr

 
© 2017 Eclaireurs du Midi ®
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.